Bienvenue sur Mystic Vampire Diaries ! Etes-vous de taille à survivre au milieu des crocs, griffes, et autres menaces surnaturelles ? Inscrivez-vous vite !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je cours! Je cours! Et je te rencontre!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Je cours! Je cours! Et je te rencontre!   Jeu 12 Mai - 22:32

Il était déjà sept heures et demie, ça faisait trente minutes que je courrais et je ne me sentais pas assez fatiguée pour m’arrêter. Quelque chose me rendait mal à l’aise, une impression d’insécurité constante… J’essayais de m’en débarrasser en courant pour effacer cette sensation par la fatigue mais rien y faisait, j’étais trop préoccupée pour être épuisée ou simplement essoufflée.

Si les courses lentes sur longue distance ne me permettaient pas de me défouler, on va faire l’inverse hein ! Je ralentis et me mis à marcher à la rechercher d’un endroit assez plat pour pouvoir courir rapidement sans risquer de faire un vol plané et de tomber la tête la première. Je vis un petit sentier avec peu de branche par terre, j’y accédais en trottinant. Avant de faire un virage plutôt serre, il devait y avoir entre soixante et soixante-cinq mètres de ligne droite, ça devrait faire l’affaire.

Je regardais le petit chemin et cherchai tout ce qui pourrait gêner, je travaillais dans une heure et demie alors autant y aller en un seul morceau ! Une fois certaine de ne pas risquer la gamelle du siècle, je sortis mon mp4 de ma poche et cherchais une chanson qui bougeait pour ma petite course improvisée contre moi-même. Attention insécurité tu vas disparaître quand je mettrais « Bad Réputation » d’Avril Lavigne ! Pensais-je.

Musique à fond dans les oreilles, compte à rebours dans la tête et paf ! Je pris un départ fulgurant pour arriver en quelques secondes au bout du sentier. Non… Ce n’était vraiment pas drôle, je n’étais pas fatiguée ! Je soupirais et me dis que les risques à prendre était plutôt minimum en fait… J’avais un pantalon assez épais, un bon gilet en laine rouge, si je venais à tomber je n’aurais que quelques égratignures, et quel serait mon bonheur que de me savoir enfin libre dans ma tête et ne plus penser à cette insécurité constante ? Elle serait infinie ! Les meurtres touchaient que des humains mais des sorciers à ce que je sache ! De plus, un colis de grand-père et grand-père devait arriver, papa était sur les nerfs depuis le début des meurtres à répétition et pensait qu’il serait judicieux de nous protéger avec de la verveine…

Je fis disparaître les inquiétudes qui me hantait et me mis à courir dans la forêt tout en évitant au mieux les arbres. Je courais et me pris les pieds à plusieurs reprises dans des branches sans jamais tomber, des pertes d’équilibres certes mais pas de chutes ! Au bout de cent cinquante mètres environ, je m’arrêtais. Là, j’étais essoufflée, là j’étais fatiguée et pourtant… Rien y faisait je ne cessais de me sentir mal et préoccupée pour rien. Si les infos disaient vrai, ce n’était qu’un animal et j’en ferais qu’une bouchée… Ou du moins qu’un sortilège. Mais si mon père avait raison, courir seule dans la forêt n’était pas une brillante idée…

Je partis m’asseoir sur une souche d’arbre pour reprendre mon souffle. J’essayai d’oublier tous ces problèmes surnaturels pour penser à autre chose, à tout sauf à ça. Pourtant, c’était une partie de moi… Une partie que j’aimerais faire taire par moment, mais c’était tout bonnement impossible. Je me levais et en me levant, mon mp4 glissa de ma poche, je le récupérais et en me redressant je ne fus pas seule. Un homme à la chevelure brune me fit sur sauter… Le petit souci c’était qu’il n’était pas là il y a deux secondes. Que faisait-il ici à cette heure ? A cet instant précis, j’espérais que mon père avait totalement tord que la personne devant moi faisait comme moi, une balade matinale. En attendant, j’essaierais de ne pas le regarder dans les yeux ou même de croiser son regard.

- Bonjour, à qui ai-je l’honneur ? Demandai-je en faisant mine de chercher une musique sur mon mp4.

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Salvatore
Administrateur/Fondateur
avatar

♣Messages : 372
♣Copyright © : Inconnu
♣Date d'inscription : 21/02/2011

Ma vie
♣Etudes/Job:
♣Relationships:
♣Avatar:

MessageSujet: Re: Je cours! Je cours! Et je te rencontre!   Mer 8 Juin - 20:53

L'heure matinale n'effrayait pas les vampires, puisque le sommeil n'était qu'une option pour eux. Damon aimait passer certaines nuits à vagabonder alentours, ou même rester assis sur le canapé, à siroter un peu de sang, perdu dans ses pensées. Le sommeil, les rêves... Un truc de faibles, ça. D'un autre côté, quand on a l'éternité devant soi, on n'est plus pressé par le temps, les journées, se lever tôt n'est plus une course contre la montre.

Bref, ce matin là, c'est tout naturellement que Damon, à qui la chasse manquait un peu, se baladait dans les bois pendant que le loup n'y est pas. Il ne cherchait pas spécialement de randonneur ou de joggeurs à croquer, mais errait à une allure fantomatique en pensant aux festins sanguinaires de son passé. Les poches de sang de l'hôpital commençaient à le lasser. C'était un peu comme le surgelé. Rien ne vaut les légumes du jardin fraîchement cueillis! Le sang? Pareil. Le meilleur était à consommer aux cous de jeunes femmes séduisantes.

Il en avait l'eau à la bouche tiens! Mais inutile de s'affamer maintenant, il avait bu juste avant de partir.

Un bruit attira son attention. Une respiration plus forte et rapide que la normale. Il se dirigea vers la nature du bruit, et caché par les arbres ne tarda pas à découvrir une jeune lycéenne qui courait. Footing matinal. Elle avait l'air motivée, car elle accélérait parfois sans raison. A moins que l'environnement ne l'inquiète ? Cette idée amusa un peu le vampire. Bein, oui, elle avait des raisons d'être inquiète... Mais n'était-ce pas l'insouciance même qui l'avait menée jusqu'ici ?

La jeune fille s'assit sur un tronc d'arbre, sans doute sentait-elle sa présence mais elle n'était pas clairement au courant qu'il la suivait depuis un petit instant. Aussi, quand elle se pencha pour ramasser son mp4 tombé de sa poche, Damon en profita pour -en un éclair-, s'installer à côté d'elle. Il afficha un air tranquille, celui de l'homme paisible qui vient seulement de marcher jusqu'à un endroit charmant où s'asseoir. Il aimait jouer ce rôle, faire l'innocent, celui qui prétend être humain, normal.

Celui qui prétend être inoffensif.

Alors qu'il savait pertinemment que la demoiselle trouvait ça louche. Et elle avait raison. Il ne faut pas se promener dans les bois, pendant que le loup y est... Enfin, en l'occurrence le vampire, mais vous avez compris l'idée. Obnubilé par ses retrouvailles imminentes avec Katherine, Damon avait du mal à contrôler son impatience, et Damon impatient et sur les nerfs égalait à traque. Sa petite proie évitait soigneusement de croiser son regard, ce qui lui assura qu'elle connaissait sûrement l'existence des vampires. Zut... Et si elle avait de la verveine dans le sang? Il était préférable de ne pas se jeter sur sa jugulaire tout de suite. On n'est jamais trop prudent. En attendant, elle semblait éviter l'hypnose, ce qui voulait dire qu'elle n'en avait pas sur elle et qu'elle n'en était pas protégée...

Par prudence, Damon décida de jouer la carte de l'homme bien intentionné, elle baisserait ainsi sa garde. Qui sait, elle pourrait toujours lui servir de garde-manger plus tard.

N'empêche, elle était presque futée, parce qu'elle s'adressait à lui avec un calme impressionnant, et une politesse à laquelle il ne s'attendait pas. Comme si elle voulait lui faire croire qu'elle n'avait rien remarqué. Mouais...

Souriant, et cherchant son regard, Damon lui répondit :


- Oh bonjour, pardonnez mon intrusion soudaine, je suis parfois d'un manque de manière et de tact... Je suis Damon, Damon Salvatore, et vous ? Quelle motivation matinale, vous faisiez un footing ?

Son air intéressé, poli et innocent faisaient son charme lorsqu'il jouait le personnage du "gentil et serviable Salvatore". Intérieurement il jubilait. Ce jeu ne le lassait pas. Ah, il faudrait qu'il pense à se lancer dans une carrière d'acteur...
Si elle ne le regardait pas, alors qu'il lui parlait, elle était cuite... Première erreur : elle n'aurait pas du lui adresser la parole, c'était mettre son plan de sauvetage à l'eau. Mais au fond avait-elle eu le choix ?
Ah non, décidément, ce jeu, jamais il ne s'en lasserait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysticdiaries.forumactif.fr
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Re: Je cours! Je cours! Et je te rencontre!   Jeu 9 Juin - 21:35

Un homme d’assez grande taille, à la chevelure sombre comme les ténèbres se tenait près de moi, sa présence soudaine avait réussi à me faire sursauter. Son arrivée était si silencieuse et si rapide, que j’avais un doute sur le fait qu’il soit réellement humain. Mon père avait réussi à me rendre paranoïaque, j’avais peur de tout et n’importe quoi. C’était plutôt étrange que d’être effrayée, alors qu’il y avait quelque temps, je vivais à peu près normalement, mis à part les petits tours que je faisais avec mon père, ma vie était normale. Aujourd’hui, avec ces meurtres et les histoires paternelles, je devais presque folle. Par chance, mes grands-parents avaient une petite culture de verveine, des plantes que craignaient les vampires.

Faisant mine de changer de musique sur mon MP4 pour éviter le regard de l’inconnu, j’essayais de me montrer calme ainsi que très polie. Rien ne m’empêchait d’essayer d’appâter un peut être buveur de sang, et puis, peut être que même les humains étaient dangereux. L’homme à la chevelure brune se présenta d’une voix presque charmante et sympathique, pourtant il ne m’inspirait pas confiance, une impression de froideur ardente m’avait envahit quand il m’avait adressé la parole. Un vent glaciale m’avait fait frissonner intérieurement, une sensation douloureuse mais également agréable, telle la douleur qu’on éprouve lorsqu’on retire une écharde que nous avons dans le doigt. Damon Salvatore me demanda également de me présenter et commenta ma motivation, tout en me demandant si je faisais un footing.

- Cher monsieur Salvatore, pour vous répondre je faisais bien un footing. Ma motivation est du à ma recherche, la recherche d’une plante bien rare de nos jours : la verveine ou veine de Vénus ; vous connaissez ? Quant à mon nom, il est bien plus amusant et mystérieux de le deviner par soi-même, plutôt que se le faire donner. Monsieur Salvatore, quel est mon prénom ? Répondis-je presque d’une voix joueuse.

Il faut dire que si je devais mourir aujourd’hui, je mourrais aujourd’hui. Autant essayer de « jouer » un peu… Et s’il était vampire, je lui ferais peut être peur, si c’était qu’un humain il répondrait par oui ou par nom, et me dirait que cette plante n’existait plus depuis quelques siècles dans notre région. Quant à mon nom, il aurait fallu être complètement idiote pour lui donner mon vrai nom et là maintenant, je n’avais aucun nom qui me venait à l’esprit, il me fallait un petit peu de temps. Disons des petites choses au hasard :

- Pour vous aider monsieur Salvatore, mon prénom commence par « L » et termine par un « Y ». « L…….Y », alors ? Comment je m’appelle ?

Je ne sais pas si jouer au pendu avec un inconnu était une bonne idée. Surtout que bon, ça pouvait être dangereux mais aussi amusant. Le destin ferait les choses, si l’un de nous doit mourir, on mourrait ! Les choses sont ainsi, on ne peut malheureusement pas tout contrôler, et surtout pas les rencontres qu’on fait. Je me disais parfois qu’il serait préférable de rester enfermer chez moi, et qu’on pose un sceller pour ma demeure et ainsi, je n’aurais plus de problème, mis à part ceux de mourir de faim, de soif et d’une balle dans la tête parce que… La société m’aurait un minimum manqué. Bon, finalement sortir c’est plutôt pas mal.

Après avoir énuméré plusieurs prénoms, je fis toujours non de la tête. Ne connaissait-il donc pas des prénoms un peu plus récent ou plus sympa ? En fait, c’était lui qui me donnerait mon prénom… Une façon comme une autre de garder son anonymat… Lui en revanche, je connaissais son prénom et son nom, il allait falloir parler de cette personne à mon père, enfin surtout de cette sensation de froideur, du moins si je venais à survivre. Et puis au bout d’un certain temps, il me donna un prénom bien plaisant.

Bien monsieur Salvatore… Je m’appelle bien Lucy. Dis-je en souriant.

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Salvatore
Administrateur/Fondateur
avatar

♣Messages : 372
♣Copyright © : Inconnu
♣Date d'inscription : 21/02/2011

Ma vie
♣Etudes/Job:
♣Relationships:
♣Avatar:

MessageSujet: Re: Je cours! Je cours! Et je te rencontre!   Jeu 19 Jan - 20:10

Damon fut surpris de voir que la demoiselle évitait soigneusement et naturellement son regard, sans montrer nullement l'angoisse ou le stress qu'un humain devrait ressentir lorsqu'il sent qu'un vampire le piège. Cela l'impressionna, car il était certain que la jeune fille faisait exprès de ne pas croiser son regard. Aussi évoqua-t-elle la verveine, ce qui lui donna une envie presque irrépressible de rire ! Damon se retint, ne laissa apparaître qu'un sourire en coin. Essayait-elle de l'effrayer ? De le menacer ? Voilà qui était extrêmement amusant. Le dialogue, qui pourtant semblait vide d'informations, était au contraire riche de sens. C'était un jeu exaltant et ô combien divertissant qu'on lui offrait là.

- Oh, oui oui je connais cette plante, la Verveine. On dit qu'elle repousse les vampires, vous y croyez ? Cherchez-vous à chasser les vampires ?

Et il éclata ouvertement de rire. En réalité l'idée d'être chassé par une adolescente, en pleine forêt, était des plus décapantes.

- Quelle idée saugrenue. Des vampires ! Enfin bref. Vous avez une drôle de manière de vous présenter, vous savez. Vous jouez souvent au pendu pour votre prénom avec les inconnus ?

Il la dévisagea un instant, conscient que, quel que soit le prénom qu'il devinerait juste, ce serait un faux. Enfin, il serait obligé de l'appeler comme elle voudrait qu'il l'appelle, tant pis. Elle était étrange et ça n'était pas pour lui déplaire. Un chat joue toujours avec sa souris. Elle lui donnait un indice de toute façon.

- Alors jouons le jeu... Lenny ?

La fille secoua la tête en signe de négation.

- Lidany ? Leicy ? Landy ?

Elle ne semblait vraiment pas aimer ces prénoms. Damon espérait juste ne pas vite se lasser de ce petit jeu. Qu'il prenne fin rapidement pour passer à l'étape deux de la traque. Il poussa un soupir.

- Lucy ?

Ah! Dans le mille. "Soit disant". Elle approuva, toujours avec cette mielleuse politesse, comme si elle craignait d'être attaquée au moindre mot vulgaire. Peut être pensait-elle qu'il était né il y avait de cela deux siècles et qu'il était donc habitué aux dialogues soutenus ? Ok, c'était la vérité mais on évolue avec le temps, avec la société.
En tout cas, il avait l'impression d'avoir gagné la première question de "qui veut gagner des millions". Sauf qu'il n'avait pas de récompense. Son petit air suffisait juste à lui donner l'illusion de participer à un jeu télévisé.

Finalement la tuer rapidement pourrait s'avérer regrettable. Elle semblait avoir des ressources humoristiques et par conséquent l'occuper pendant un petit bout de temps. Il n'avait pas l'intention de la lâcher, mais sa menace avait été clairement reçue : elle avait de la verveine, du moins pouvait s'en procurer, et n'hésiterait pas à s'en servir contre lui. Cependant elle n'avait pas encore de preuve tangible qu'il était un vampire, ni de raison valable de l'attaquer elle-même. Il jouait peut être avec le feu mais il avait envie de faire durer le jeu. Peut être qu'avec un peu de chance elle dormirait très mal ce soir.


- Vous savez, si vous voulez vraiment de la verveine, je peux vous en donner. J'en ai tout un plant chez moi... Lucy.

Lui donner l'arme qu'elle voulait utiliser contre lui. Ce serait comme un moyen de lui dire "vas-y, cela ne me fait rien, tu ne m'auras pas comme ça." Amusant. Il avait même envie d'en rajouter une couche.

- D'ailleurs nous n'aurons qu'à nous donner rendez-vous, pourquoi pas demain ? Oh, ça n'a rien de malsain ni d'un rencard non. Ne vous en faites pas, vous n'êtes pas mon genre. Je pense simplement que tout habitant de Mystic est censé rendre service à son voisin. S'aider mutuellement, vous voyez ce que je veux dire ?

Marrant, il avait insinué tout à l'heure qu'il était stupide de croire en l'existence des vampires et maintenant il parlait de s'aider pour s'en protéger. Il avait hâte de voir comment elle allait réagir. Mais il ne pouvait tarder trop longtemps, un humain ne reste pas assis dans la forêt toute la journée. Un humain, ça a une vie, des occupations, des devoirs. Il voulait juste voir si elle persistait à éviter son regard, sachant que l'attaque n'était pas prévue pour aujourd'hui et qu'il n'avait pour l'instant aucune raison de l'hypnotiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysticdiaries.forumactif.fr
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Re: Je cours! Je cours! Et je te rencontre!   Jeu 19 Jan - 20:49

J’étais totalement inconsciente et suicidaire, je m’amusais avec un inconnu au jeu du pendu pour qu’il devine mon prénom, ayant l’intention de ne pas lui donner mon véritable prénom. J’espérais juste que le beau ténébreux n’était pas un suceur de sang… Avec toutes « agressions animales » près de la ville, je devenais quelque peu paranoïaque et voyais presque du surnaturel partout. C’était l’une des raisons pour lesquelles j’étais devenue casanière et solitaire. On ne pouvait faire confiance à personne, mis à part à soi-même et je ne voulais pas prendre le risque de me dévoiler à ce cher Damon Salvatore.

Sans doute qu’avec l’histoire de la verveine, je m’étais montrée ridicule, face à un humain comme à un vampire. Pour tout humain connaisseur de la ville, cette plante avait la faculté de repousser les immortels, sauf que pour la plus part des habitants de Mystic Falls ce n’était que des histoires folkloriques à dormir debout, toute évocation à ce sujet donnait à la conversation, un ton quelque peu stupide. Comme l’avait fait remarquer mon interlocuteur… - Mais j’avais un doute sur ses dires. -Et si j’étais vraiment face à un vampire, je n’aurais pas eu le temps de dire « au secours » que je me ferais vider de mon sang… Parce que le colis de mon grand-père n’arrivait qu’en fin de semaine, et j’en avais pas sur moi à ce moment précis… J’étais donc dans une jolie mouise comme on dit ! Mais, je saurais me débrouiller toute seule, comme à mon habitude.


Après quelques prénoms énumérés, l’un d’eux me plut et j’affirmais que c’était le mien. Il fallait bien que ça se termine à un moment donné… Je n’allais pas pouvoir rester encore très longtemps, il fallait que j’aille travailler. Et ça me permettrait de pouvoir échapper à la compagnie de l’inconnu, ce qui m’arrangeait plutôt. Non, je n’étais pas en confiance, mais ne le montrais pas, je restais plutôt calme ce qui n’était pas dans mes habitudes, mais pour survivre j’étais capable de bien des choses ! Bon… D’accord, j’étais surtout capable de suivre les conseils de mon père et du père de ce dernier. Il fallait bien que j’écoute quelqu’un, sinon j’étais promise à mourir à trente ans vu à quel point j’étais réfléchie. Soudainement, Damon me proposa lui-même de me procurer de la verveine… Je le regardais alors d’un air légèrement interrogateur. Il rajouta alors rapidement que nous pourrions nous revoir le lendemain pour qu’il puisse m’en donner, tout en précisant que tout le monde devait s’’aider en ville, qu’il fallait aider son voisin. Je ne comprenais pas grand-chose, il avait insinué que les vampires n’existaient et pas, et maintenant il voulait m’aider à m’en protéger. Ce personnage n’avait rien de très rassurant et de très logique. Je ne savais vraiment pas quoi penser de la situation. Je ne savais pas non plus quoi répondre. J’ouvris la bouche et puis la refermais avant de tenter une nouvelle fois de prendre la parole :

- Vous avez un comportement bien contradictoire, vous disiez que l’existence des vampires était saugrenue, chose sur laquelle je suis entièrement d’accord… Mais maintenant, vous voulez m’en procurer pour me rendre service ? Ma recherche de verveine était juste pour m’en faire des infusions naturelles pour en boire avant d’aller me coucher. Rien de plus. Les histoires de suceurs de sang ne sortant que la nuit, sont des histoires pour effrayer les enfants de la ville. Quant à l’idée de nous revoir, je suis navrée de vous dire que je travaille et que le temps me manque. Je vais d’ailleurs être en retard aujourd’hui… Je dois m’excuser de vous abandonner aussi rapidement.

Mes excuses n’étaient pas sincères, j’étais même très contente de devoir partir. J’avais réussi à ne croiser à aucun moment son regard, ce qui n’avait pas été tâche facile puisque j’avais souvent l’habitude de regarder les gens dans les yeux lorsque je leur adressais la parole… Du moins quand je parlais à quelqu’un chose qui était bien rare depuis quelque temps. Bref, passons ! Il fallait que je puisse quitter la compagnie de Damon sans avoir à relever le visage tout en le quittant de façon polie. Ce n’était pas parce que j’avais un doute sur sa nature, qu’il était forcément un vampire et que je devais me montrer impolie.

- Et bien… Nous croiserons nous peut être un autre jour… Même si je crois, que c’est une très mauvaise idée. A la seconde rencontre, on me dit souvent insupportable et agaçante. La première impression est toujours la bonne, mais dans mon cas apparemment, du moins d’après ceux qui m’ont vu plus d’une fois. Je vous dis donc, à jamais ? Déclarai-je avec un sourire espiègle.

Si je pouvais ne plus croiser personne, ça serait une bonne chose. Et je ne voulais plus me retrouver toute seule avec ce bonhomme là ! Avoir peur encore, très peu pour moi. Si j’avais eu le choix, j’aurais presque préféré ignoré l’existence des vampires et de tout ce qui allait avec, mais être sorcière avait aussi de bon côté, un peu de magie dans une vie était toujours agréable. Mais tout ça, il y avait tous les inconvénients qui allaient avec. On était plus méfiant à l’égard de tout le monde, ce qui en devenait parfois lourd, mais l’instinct de survie prône dans ce genre de circonstance.

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je cours! Je cours! Et je te rencontre!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je cours! Je cours! Et je te rencontre!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours Annie cours
» Cours original ! ( rp privé la bret', jiny et moi )
» Tricotin rond: Cours 4-Fermer le tricot
» En cours: Hotchkiss H35 - RPM 1 / 72.
» Cours sur l'imparfait de l'indicatif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Vampire Diaries :: Mystic Falls :: • La Forêt • -
Sauter vers: