Bienvenue sur Mystic Vampire Diaries ! Etes-vous de taille à survivre au milieu des crocs, griffes, et autres menaces surnaturelles ? Inscrivez-vous vite !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Sam 21 Mai - 21:34

J’étais dans ma voiture avec Kana, lorsque j’avais eu quelques minutes à moi, je l’avais vacciné, c’était pour cette raison qu’il était en ma compagnie à mon retour du travail. La route n’était pas très longue, je n’habitais pas loin du centre ville, par temps chaud je pouvais y aller à pied, dans tous les cas, Mystic Falls n’était pas une très grande ville, on pouvait quasiment aller partout à pied, il fallait être un minimum sportif pour ça.

La route était sombre et quasiment déserte, j’avais eu un peu plus de travail que d’habitude car il y avait un grand nombre d’animaux au cabinet, à croire que le froid n’atteignait pas que les personnes humaines. Tous les êtres vivants étaient fragilisés par ce temps frais de novembre, du moins les êtres réellement vivant… Ces histoires me montaient doucement à la tête, me rendaient même paranoïaque… Par chance, mon manque de confiance envers les personnes qui m’entouraient s’estompait quelque peu.

La veille, j’avais reçu un pendentif fait par mes grands-parents. Il contenait de la veine de vénus, une plante qui était peu apprécié par nos amis les suceurs de sang. Mes parents et moi avions reçu un paquet rempli de différents accessoires faits de verveine : différents pendentifs, sachets de thé, fioles de jus de verveine. Etrangement, la production de cette plante avait cessé à Mystic Falls, par chance grand-père ne vivait pas ici et en cultivait dans son potager. On aurait peut être du faire de même à la maison, mais avec tout ce qu’on nous avait fourni, on en avait pour un bon moment ! Et mon pendentif me protégerait pour plusieurs décennies.

Mes pensées qui étaient aussi noires que les ténèbres d’où venaient les vampires, furent arrêter au même moment où ma voiture s’arrêta dans un bruit étrange. J’essayais de redémarrer mais rien n’y faisait… J’étais en panne… En panne au milieu d’une route déserte, il faisait noir, froid et vu la chance que j’avais… Personne n’allait passer. Je sortis donc mon téléphone pour appeler la dépanneuse mais… Il n’y avait pas de réseau.

J’inspirai profondément avant de taper violemment sur mon volant, par ce geste mon klaxon retentit et mon chien aboya. La seule chose positive à tout ça, c’était qu’il ne pleuvait pas… Du moins, pour le moment. J’avais précédemment dit que marcher à pied était faisable… Mais pas dans le noir. J’essayais de respirer calmement pour réfléchir correctement jusqu’au moment où mon chien aboya et grogna sans aucune raison.

- S’il te plait Kana arrête… J’ai assez peur comme ça… S’il te plait…

J’essayai de le calmer car je ne savais de quoi il avait peur, il faisait noir et je ne voyais rien. Je me serais bien mise à genoux pour le supplier d’arrêter de grogner mais il manquait de place. Soudainement, j’entendis quelqu’un toquer à ma vitre et un petit cri de peur s’échappa de ma bouche. De l’autre côté de la vitre ce tenait un homme qui semblait avoir plus de la vingtaine. Kana aboya de plus belle avant de bizarrement, se coucher d’un air soumis. Il avait peut être deviné qu’il avait eu peur pour rien… Je descendis donc la vitre de ma voiture et demandai à l’inconnu d’un ton assez désagréable :

- Bonsoir… Vous avez besoin de quelque chose ?

En l’occurrence, c’était plutôt moi qui avait besoin d’aide mais, il m’avait fait peur alors j’avais le droit de lui parler sur un ton désinvolte. Et puis, qu’est ce qu’il faisait au milieu de cette route ?! De plus, on ne toque pas comme ça sur la vitre d’une voiture quand il y a un chien qui aboie et grogne sans raison. D’ailleurs, le comportement de Kana m’avait bien étonné. Il avait beau avoir six mois, il n’était pas complètement déjanté non plus… Ce n’était pas un chien fou…

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~


Dernière édition par Elodie Lee le Mar 24 Mai - 19:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikelangelo W. Lewis
Administrateur
avatar

♣Messages : 82
♣Copyright © : Ezio
♣Date d'inscription : 15/05/2011
♣Localisation : ... As-tu VRAIMENT besoin de le savoir ?

Ma vie
♣Etudes/Job: Recherche de Job ...
♣Relationships:
♣Avatar: Mikelangelo Loconte

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Dim 22 Mai - 19:25

Je m'ennuyais totalement, prisonnier des quatre murs de cette petite chambre d'hôtel. C'était un bon établissement, sans aucun doute, le lieu était bien aménagé, il y régnait la douce odeur parfumée de lavande des draps lavés à la perfection. Non, ce n'était pas le lieu qui était dérangeant, mais plutôt le temps que j'y avais passé, des heures et des heures, prisonnier de l'obscurité protectrice, m'énervait au plus haut point, je n'avais tout bonnement rien n'a faire, j'avais déjà fait six fois le tour de toutes les chaînes de télévision qui m'étaient proposées, j'avais passé des heures devant le miroir, j'avais relus tous les livres que j'avais emmené, ... Autant dire que j'avais l'horrible impression de perdre mon temps, à tel point que je haïssais les rayons du soleil, et que je maudissais même ma propre existence vampire.

Un bref coup d'oeil à ma montre me permis de constater qu'il me restait encore une heure entière devant moi avant de pouvoir sortir, et en effet, la teinte des rideaux sur lesquels le soleil tapait devenait de plus en plus orangées, le crépuscule pointait déjà. Je vis, juste au bas de la porte, le journal d'aujourd'hui,... L'avais-je demandé ? Quoi qu'il en était, quelqu'un l'avais glissé sous la porte. Curieux, je le pris donc, m'assis sur le lit, et entrepris de faire le tour des nouvelles. Ce que j'y vis ne me surprenait pas tellement pour une ville comme Mystic Falls, en effet, d'après ce que je lisais, des gens avaient perdu la vie suite à des attaques dites d'animaux ... Il était simple de deviner que les animaux n'y étaient pour rien, mais que les vampires agissaient toujours bel et bien dans la ville. Mauvaise nouvelle pour ses habitants, excellente nouvelle pour moi.

Le temps que je lise et me questionne sur le contenus des nouvelles, une heure s'était déjà écoulée, l'obscurité régnait maintenant dehors, mon heure était donc venue. Avec hâte, j'ai enfilé une veste, et suis sorti, heureux de pouvoir enfin me dégourdir un peu, et partir à la découverte du lieu. Je retrouvais certain endroit familier dans le centre-ville, comme par exemple la boutique d'apothicaire de Pearl, car même si celle-ci avait changé par le temps, sa disposition était toujours la même, la bâtiment était mit à vendre.

Soudain, le bruit d'un klaxon résonna dans la nuit, un peu plus loin de moi. Me fiant à mes sens, et à ma curiosité naturelle, je suivi le son jusqu'à sa source, une voiture, arrêtée net au beau milieu de la route, visiblement en panne, à l'intérieur, les aboiements d'un animal, ainsi que la voix d'une jeune femme, angoissée, qui essayait de faire taire son chien. Je me suis rapidement approché de la vitre, côté conducteur. J'ai ensuite toqué quelque coup sur cette dernière, afin d'attirer l'attention de la jeune femme. En un sursaut, elle se retourna. Les aboiements de son chien commençaient vraiment à me taper sur le système, un bref grognement accompagné d'un regard presque vampirique suffit a calmé l'animal sans même que sa propriétaire s'en rendes compte. Elle descendit la vitre avant de me demander d'un ton désagréable si j'avais besoin de quelque chose, ce à quoi je répondis, courtois et poli.

- Rien, mademoiselle, je vois seulement que vous êtes en difficulté, peut-être pourrais-je vous proposer mon aide ?

J'eus vite fait d'accompagner cette phrase d'un beau sourire, que je voulais sympathique au maximum, je n'avais pour cette jeune fille aucune envie de meurtre, son sang ne m'intéressait pas, je voulais seulement faire de nouvelles connaissances, voir de nouveaux amis, vu que j'avais la ferme intention de rester le plus longtemps possible en ville.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Mar 24 Mai - 19:11

Kana ne cessait d’aboyer et les histoires qui tournaient autour des meurtres de la ville me firent paniquer. J’avais beau me montrer téméraire, je connaissais la peur comme toute personne normalement constituée. La peur d’être face à un suceur de sang ne me ravissait pas du tout, je n’avais jamais été face à un vampire, du moins je ne le pensais pas. Quoique j’avais eu de nombreux doute, avant d’avoir mon collier de verveine j’étais bien plus paranoïaque qu’à l’instant présent. Si mon père ne m’avait pas mis ses idées en tête, je serais en ce moment même détendue et pas aussi nerveuse que ça.

Soudainement, il eut un silence, Kana n’avait pas cessé d’aboyer, mais il était secondaire, j’avais ressenti comme un étrange pressentiment. Un sursaut et un petit cri de peur s’échappèrent, je n’avais rien pu faire pour éviter ces signes de peur. De l’autre côté de la vitre se tenait un homme d’une vingtaine d’année à la chevelure blonde. Mon chien de six mois avait étrangement arrêté d’aboyer et gémissait à présent de soumission, à rien n’y comprendre.

Je descendis la vitre de la voiture tout en demandant au jeune homme s’il avait besoin d’aide, même si dans le cas actuel j’en avais bien plus besoin que lui. En attendant une réponse, je me demandai ce qu’il faisait sur cette route déserte alors qu’il faisait nuit noire. Mon interlocuteur me répondit négativement, ajouta qu’il me trouvait en difficulté et me proposa son aide. Il finit par faire un sourire bien sympathique et amical. Pour une fois, je ne pouvais pas faire la fine bouche… La mécanique et moi, c’était comme un chat dans l’eau… J’étais bien capable d’empirer les choses. Je ressentais toujours cette drôle de sensation mais à cet instant, je ne pouvais pas laisser mon côté sorcière au placard, et laisser parler mon côté « demoiselle en détresse »… Poua ! Je ne l’aimais vraiment pas cette expression… Disons plutôt « Fille pas douée en mécanique en panne au milieu de la route ».

Cette personne essayait de m’aider… Il souriait autant faire un petit effort sans prendre un quelconque risque ! On accepte son aide, on dit merci et on rentre à la maison tranquillement. Quant à Kana, je trouverais sans problème en rentrant, il n’aimait peut être pas son vaccin… Ou sinon, il avait peur de ce jeune homme. Enfin ! Quoiqu’il en soit, je ne pouvais pas dire non, tête de mule comme j’étais, je me devais de me montrer un minimum intelligente et je ne voulais pas déranger mon père pour rien. J’inspirais profondément avant de répondre :

- Je dois bien avouer que je dois accepter votre aide, dans le cas contraire je dormirai dans ma voiture cette nuit…

Je ne pouvais rien y faire, je n’avais pas d’ami à appeler puisque je n’en avais pas. A moins que Rata et Nutella me fassent le privilège d’être la seule propriétaire de cochon d’inde et de chien sachant conduire, je n’avais nul autre choix que d’accepter l’aide de ce cher jeune homme. D’ailleurs, comment il s’appelait ce coco là ?

- Je me présente, Elodie Lee et vous ?

Ça ne doit pas faire de mal si je disais juste mon nom n’est-ce pas ? Dans le pire des cas, on règlerait le problème à la maison. Ce n’était pas dans mon habitude de demander ou même d’accepter de l’aide, et j’avais du mal à laisser passer cette aide là. Malgré tous mes efforts, la sensation étrange était bien présente, elle ne voulait pas se taire. Elle était étrange mais presque agréable, je l’avais déjà ressenti auparavant, mais je ne savais pas quel instant de ma vie.

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikelangelo W. Lewis
Administrateur
avatar

♣Messages : 82
♣Copyright © : Ezio
♣Date d'inscription : 15/05/2011
♣Localisation : ... As-tu VRAIMENT besoin de le savoir ?

Ma vie
♣Etudes/Job: Recherche de Job ...
♣Relationships:
♣Avatar: Mikelangelo Loconte

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Mar 24 Mai - 20:45

Tandis que la vitre doucement se baissait, je commençais à détailler le physique de la jeune fille, jeune visiblement, pas encore la vingtaine, de longs cheveux chataîn tombait de chaque côté de son visage et l'encadrait avec une certaine grâce et une certaine fierté, mêlé a des yeux sombres et bridé qui trahissaient ses origines auprès de tous les yeux curieux de l'époque. Elle n'était certes pas très grande, mais son regard déterminé semblait presque vous regarder de haut, même si derrière ce regard parfois dure et perçant, je ressentais une certaine fragilité, comme chez toutes les femme que l'on croit forte au premier abord. Dans son ton, j'avais deviné qu'elle était heureuse, mais également contrariée dans sa fierté que soit ainsi venu apporté mon aide, cela me fit sourire, j'avais un très bon feeling pour cette jeune lady.

D'un bref regard, je constatais un élément étrange sur la jeune femme, ... non pas une odeur, mais une sorte de pressentiment, comme si quelque chose en elle devait me repousser, sans que réellement je ne comprenne pourquoi. Mais puisque que je ne comprenais pas cette impression bizarre, je la mit rapidement de côté, me concentrant à nouveau la jeune femme, après tout elle avait besoin d'aide en ce moment, et même si je n'étais pas mécanicien, j'allais pouvoir aisément remettre sa ... voiture en état.

J'étais extrêmement content d'avoir fait taire le chien de la jeune lady, ses aboiements m'avait déjà fortement agacé, il n'avait surement pas intêret a essayé de s'y remettre. Ma colère pouvait parfois être terrible. Je n'avais jamais eu réel problème avec les animaux, en vérité je les aimais beaucoup, mais aller savoir pourquoi, depuis ma transformation, eux me fuient comme la peste, à croire que leur sixième sens leur permet de deviner ce que je suis, tout à fait fascinant, et si le coup de klaxon avait effrayé la bête, je ne devais pas avoir arrangé les choses, d'où les supplications de sa maîtresse.

Je souris à la réponse de la jeune femme, on aurait dit qu'elle se forçait a accepté mon aide, bien sûre, cela devait être simplement dû au fait que j'étais un parfait inconnu, et les humains de nos jours sont si méfiant, à croire qu'ils s'attendent à ce que le mal se trouve derrière eux à chaque instant. Mais en vérité, pour moi ils n'avaient pas tout à fait tort. D'une voix toujours aussi douce et polie, je lui ai répondus, souriant :

-Et je vous donne volontiers cette aide, à une seule et unique condition, bien évidement ! Que vous acceptiez de passer un peu de temps en ma compagnie, après m'être occuper de ceci... Juste un bon moment, ne vous inquiétez en rien !

Je tâchais de sourire de la manière la plus convaincante possible, espérant qu'elle n'allait y voir aucune forme d'obligation mais plutôt une plaisanterie, si elle n'acceptait pas, je l'aiderais quand même, je ne la forçais nullement, je cherchais juste à nous distraire et à nous faire passer un bon moment. En espérant tout de même, de tout mon coeur mort, qu'elle ne refuserait pas telle proposition.

-Enchanté Miss Elodie, je suis Mikelangelo Wolfgang Lewis !

Il est vrai que j'insistais beaucoup sur mon nom complet, mais après tout j'en étais très fier, inutile de le cacher, j'appréciais beaucoup la sortir à la moindre occasion. J'ai suivi ces mots d'une petite révérence digne de mon époque de "vie". Déjà, je contournais la voiture, un d'un petit coup sur le capot, l'ouvrait et examinait déjà l'engin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Mar 24 Mai - 21:42

Non… Ce n’était pas moi. Je n’avais pas pu accepter l’aide d’un inconnu. Et qui plus est, un inconnu envers qui je ressentais des sensations étranges, agréables mais étranges. Je soupirais et puis il acceptait de m’aider. Si j’avais été à sa place, j’aurais refusé immédiatement, car fière comme j’étais, je n’aurais laissé personne m’adresser la parole d’une telle façon. Heureusement qu’il y avait des personnes plus généreuse que moi parce que sinon, le monde n’irait pas très loin. Par la suite, le jeune homme me précisa qu’il voulait passer un peu de temps avec moi après la réparation de ma voiture.

Je ne savais trop quoi répondre à sa proposition… Je ne le connaissais pas après tout. Il ajouta pour terminer, qu’il s’agirait seulement d’un bon moment. Malheureusement, tout le monde n’avait pas la même définition du mot « bon ». Mais il y avait quelque chose chez cette personne qui m’interpellait, il fallait que je réussisse à savoir de quoi il en était question. Ma curiosité me perdrait un jour !

- Bon, d’accord pour passer un bon moment ! Mais à condition que vous supportiez mon gros bébé sur la banquette arrière.

Et oui ! Il ne fallait pas rêver non plus. Je ne sortirais pas sans Kana, il ne resterait jamais tout seul dans ma voiture, et ça pour deux raisons : il ne supporterait pas d’être seul et je ne voudrais pas que mes sièges en cuirs soient mâchouillés. Je finis par me présenter car s’il fallait passer la soirée avec lui, il fallait sans doute qu’on connaisse nos noms. Après avoir donné mon prénom, il fit de même. Il se nommait Mikelangelo Wolfgang Lewis.

- Wolfgang? Comme Wolfgang Amadeus Mozart?

Effectivement, je connaissais assez les grandes personnes des siècles précédents. En plus, d’aimer le sport j’aimais approfondir mes connaissances générales, et écouter un peu de classique était plaisant. Mais le nom de cher Mikelange ne devait être qu’une coïncidence, c’est sans doute un nom courant dans les pays germaniques. La musique n’était pas mon univers mais j’en connaissais les grands auteurs et musiciens.

Il était devant ma voiture avec le capot ouvert. Je m’ennuyais quelque peu même si ça faisait que quelques minutes qu’il regardait l’état de mon moteur ou je ne savais quoi. Je finis par ouvrir la portière et descendre pour me dégourdir quelques peu les jambes. Je n’appréciais pas rester assise sans bouger. Une fois de bout, je partis me mettre à un mètre de Mikelangelo. Je me sentais étrangement… Petite. Il fallait dire que je n’étais très grande, je ne mesurais un peu plus d’un mètre soixante. Quand on était petite on se sentait quelque peu fragile alors que je ne l’étais pas, du moins je ne l’acceptais pas.

- Je suppose que quand ça sera fini, je vais devoir dire merci. Dis-je avec un léger sourire.

J’étais une gentille mais pas toujours d’une grande politesse. Pas quand il s’agissait de remercier quelqu’un en tout cas… En fait, je n’avais jamais besoin de remercier parce que je ne recevais jamais d’aide en fait. Après tout, on est jamais mieux servi que par soit même ! Mais quand on ne savait pas se débrouiller dans certaines choses, on était bien obligé. Inconnu ou pas, je lui devrais une fière chandelle.

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikelangelo W. Lewis
Administrateur
avatar

♣Messages : 82
♣Copyright © : Ezio
♣Date d'inscription : 15/05/2011
♣Localisation : ... As-tu VRAIMENT besoin de le savoir ?

Ma vie
♣Etudes/Job: Recherche de Job ...
♣Relationships:
♣Avatar: Mikelangelo Loconte

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Jeu 2 Juin - 12:28

Sa réponse me fit rire, cela ne me dérangerait nullement que l'animal nous accompagne, mais ma présence n'allait certainement pas plaire à celui-ci, à ses risques et périls dirons-nous. J'étais ravi que la jeune femme accepte de passer un moment en ma compagnie, je n'avais pas encore idée claire de ce que nous pourrions bien faire après la réparation, mais je pensais qu'une petite balade dans l'air nocturne serait un bon début. Je ne voulais pas l'emmener directement à un bar ou autre café, histoire de ne pas passer pour un soulard qui ne sait s'amuser qu'avec de l'alcool dans le sang. Non, je ne voulais pas être vu comme ça par une jeune femme qui me semblait déjà bien sympathique. Mais bon, autant lui demander ce qu'elle voulait faire, elle :

- Cela ne me pose aucun problème Elo' ! J'adore les animaux, mais en général ce sont eux qui ne m'aime pas trop. Au fait, qu'est ce que tu veux faire après le ... boulot ?

J'esquissais un léger sourire, tandis qu'en moi se trouvait un certain regret, oui j'appréciais beaucoup ces charmantes petites bêtes, mais ma condition de vampire les forçaient, poussées par leur instinct, à se méfier de moi, voir à tenter de se défendre. J'avais déjà donné un petit sobriquet à la jeune femme, que cela lui plaise ou non, elle allait avoir droit à un bon nombre de ce genre de surnom, de plus en plus attachant.

- Oui, lui-même ...

Ce souvenir eu l'effet d'une pique qui s'enfonçait à l'intérieur de mon coeur, je revoyais de nouveau mon meilleur ami allongé sur son lit de mort, les larmes de Constance... Je repensais à ses funérailles, le cimetières vide, la grande indifférence, je ré-entendais les moqueries... Alors que je me perdais dans ces souvenirs sombres, une larme coula. D'un geste bref, je l'essuyais, espérant que la jeune femme n'ait pas vu cet instant de faiblesse.

- Ce nom vient bien du célèbre Mozart, c'est une très longue histoire.

Je tâchais d'esquisser un sourire, même s'il devait paraître un peu faux. Ensuite, je replongeais dans le complexe de la machinerie, le problème n'était pas réellement grave, mais cela demanderait un peu de temps, quelque coup de clé à molette, et un peu d'huile. je me mis donc à la tâche, ayant à disposition quelques outils que j'avais trouvé à l'arrière de la voiture. La belle Elodie me rejoint, et vint se mettre à quelques pas de moi, preuve qu'elle n'avait pas encore totalement confiance... ou bien qu'elle était, à l'inverse de moi, pas vraiment une personne qui apprécie le contact. Sa remarque me fit rire.

-Ho mais rien ne t'oblige à dire merci, seulement si tu tiens à ton moteur en fait ! Si c'est le cas, soit gentille avec le super réparateur que je suis !

En effet, vu mes capacités, il m'aurait été simple de rendre la voiture à l'état de carcasse fumante, mais je n'en ferais absolument rien, ma réponse n'avait pour but que de la faire rire. Je sentais déjà que cette soirée tournait bien, je sentais à l'avance que nous ne pouvions que passer un moment agréable à deux. J'étais, pour une fois, content de mon éternité, car elle me permettait de rencontrer des gens vraiment fascinant et agréable, tout comme cette jeune fille. Car si elle était forte de caractère et fière, elle cachait un bon fond, de cela j'étais certain. Elodie était quelqu'un de spécial, je le sentais au fond de moi, je ne savais pas comment, après tout, elle ne devait être qu'une simple humaine comme tant d'autres, mais je la sentais... Différente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Mer 8 Juin - 11:35

Passer la soirée avec un parfait inconnu ne me plaisait pas réellement mais il avait quelque chose qui… Qui me dérangeait en quelque sorte. Près de lui je ressentais cette étrange sensation de fraîcheur agréable. Je l’avais déjà ressenti auparavant, mais le froid avait été plus présent que l’agréable. Je voulais savoir qui était cet homme, la curiosité de mon être avait défié ma prudence et, cette dernière avait perdu alors que le combat avait à peine commencé. En me proposant de passer la soirée en sa compagnie je mis une condition, qu’il fallait également supporter mon jeune Kana de six moi… Il était jeune et je ne voulais pas que ma voiture finisse en jouet pour chien. L’inconnu répondit à cela qu’il n’y avait aucun problème, il aimait les animaux mais c’était eux qui ne l’aimaient pas. Dans sa réponse, il avait eu l’audace de me donner un surnom, et demanda également ce que je souhaitais faire après le dit « boulot ».

- Hum… « Elo’ » ? Hors de question d’avoir un surnom. Et celui là, encore moins, on m’appelle par mon prénom en entier. Et en ce qui concerne ce qu’on pourrait faire, un peut aller en ville garer ma voiture dans un parking quelconque et puis se balader en ville ?

Après quoi, il y eut un petit instant de silence et nous finîmes par nous présenter. Il avait le nom d’une personne célèbre des siècles derniers ce qui m’interpella rapidement. Je lui demandais d’ailleurs s’il y avait un lien avec Mozart, le musicien prodige qui a foulé cette terre il y a des années déjà. La réponse était affirmative, ce qui m’étonnait quelque peu… Cela me semblait bien étrange mais je n’y fis aucune réflexion et me perdis un instant dans mes pensées pour définir comment il était possible qu’il ait un lien directe ou indirecte avec Mozart.

Mikelangelo rajouta qu’il venait bien du célèbre musicien ce qui me fis perdre le fil de me pensées. Il me sourit, un sourire qui n’était pas le même que les précédents, il était faux voir même attristé. Vraiment, cet étrange personne ne m’inspirait pas confiance mais attirait ma curiosité. Et puis, qu’est-ce que je craignais hein ? Pas grand-chose, s’il était un assassin ou encore un… vampire il m’aurait sans doute déjà tuée.

Je finis par descendre de la voiture et à me mettre à quelques pas de Mikelangelo. La confiance n’y était pas, il était un homme fort sympathique mais il n’attirait pas ma confiance. Je finis par lui avouer que j’étais sans doute dans l’obligation de le remercier, il y répondit par une plaisanterie pas très drôle, à moins qu’il était réellement sérieux.

- Merci, monsieur qui connaît la modestie… Dis-je sur un ton faussement gave.

Je retournai à ma voiture et ouvris le coffre à la recherche d’une bouteille d’eau. Une fois trouvée, j’attrapais la laisse de Kana et le fis descendre de la voiture. Il fallait bien le faire sortir un peu pour qu’il se dégourdisse les pattes, et puis il semblait bien plus calme que tout à l’heure. Il descendit calmement de la voiture et s’arrêta face à moi avant de s’asseoir. Je m’accroupis devant lui et versais l’eau dans la paume de ma main pour lui donner à boire. Une fois qu’il eut terminé, je me relevais et voulus retourner à ma voiture pour ranger la bouteille et chercher quelque chose pour m’essuyer la main, voir même le bras entier. En me retournant j’étais face à Mikelangelo et j’en sursautais.

- Tu m’as fait peur… Je ne t’avais pas entendu arriver. Fini ?

Vraiment, il y avait des gens bien silencieux. Il faut dire que lorsque je m’occupais des mes chiens, j’étais dans ma petite bulle et je pourrais ne pas entendre l’alarme incendie. Il fallait sans doute que je fasse bien plus attention à ce qui m’entoure.


_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikelangelo W. Lewis
Administrateur
avatar

♣Messages : 82
♣Copyright © : Ezio
♣Date d'inscription : 15/05/2011
♣Localisation : ... As-tu VRAIMENT besoin de le savoir ?

Ma vie
♣Etudes/Job: Recherche de Job ...
♣Relationships:
♣Avatar: Mikelangelo Loconte

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Dim 12 Juin - 12:25

Sa réaction suite au petit surnom que je lui avais trouvé rafraichi quelque peu ma promiscuité avec elle, il était vrai que j'allais un peu vite, qu'après seulement quelque minute j'en faisais déjà une amie de longue date... Seulement pour moi les choses avaient toujours été ainsi, depuis des siècles je ne m'étais plus lié à personne, de peur de ressentir à nouveau la douleur atroce de la perte de Wolfgang... Mais aujourd'hui, j'avais décidé de reprendre ce risque. Telle était la raison de ma hâte, je voulais de nouveau des amis, et le hasard, ou plutôt le destin, m'avait conduit à elle. Pourtant, j'essayais de ne pas montrer que j'étais déçu, toute sensibilité de ma part devait vite s'effacer. J'étais un vampire ! Pas un adolescent incapable de camoufler ses sentiments.

- Bien bien, Mademoiselle Elodie Lee,... Dorénavant je ferai attention !

Je tâchais de garder le sourire, de ne pas tenir rigueur de si peu, au fond, çela n'était pas grave, juste un bête petit surnom repoussé, nous allions maintenant avoir tout le temps de faire connaissance, avec un peu de chance aurais-je quelque point commun avec elle, juste assez de quoi nous lier.

- Va pour ce plan, un endroit de préférence ? A moins que tu préfères simplement marcher. Personnellement je viens de revenir en ville, je ne connais pas très bien.

Je me replongeais rapidement à l'intérieur du capot de la voiture, histoire de ne pas me concentrer sur les souvenirs douloureux du passé, ... Mais malheureusement cela n'eut pas effet, Car déjà j'y repensais, je revoyais sans cesse les mêmes images tandis que mes mains fouillais dans le cambouis pour régler la panne. Les dernières paroles de mon ami, son visage avant la mort, son dernier sourire si doux. Nos moments si agréables, passé dans la musique, à composer, jouer, chanter et danser,... Heureux, simplement heureux. Je repensais au somptueux mariage que j'avais en partie organiser, rien que pour lui, je revois l'amour si doux qu'il vivait avec Constance...

Cette dernière qui, d'ailleurs, me manquais elle aussi, elle restait malgré tout une amie elle aussi, très chère. Elle m'avait accepté, chose rare pour l'époque, tel que j'étais, avec elle, une sorte de complicité était née très rapidement. Après la mort de son mari, j'avais été son seul ami sur terre, en effet, elle avait refusé de voir qui que ce soit d'autre que moi pendant plusieurs mois, nous avions porté notre deuil à deux, un couple de coeurs meurtris prisonnier de sa tristesse. D'un coup, je me souvenais du journal de Constance, celui qui se trouvait en ce moment même sur moi, à vrai dire je ne m'en séparais jamais. Ce petit bouquin je l'avais dérobé juste après le décès de sa propriétaire. Pourquoi ? Elle contenait une description si belle et précise de notre trio inséparable que je ne pouvais m'empêcher de le relire... Je n'en m'en séparais plus depuis. Perdu dans des pensées vieille est douloureuse, j'essayais de revenir à la réalité.

- Oui oui je suis quelqu'un de très modeste ! Je vais même t'avouer que c'est la troisième fois dans toute ma vie que je touche à ce genre d'engins ! Mais ne t'en fais pas, ça sera comme neuf !

Je n'avais pas l'habitude, il est vrai, de travailler dans la carcasse d'une voiture, mais j'en savais assez sur leur fonctionnement pour repérer le problème rapidement, en effet, le travail approchait déjà de sa fin, bientôt le moteur redemarerait. Elle s'éloigna pour boire un peu d'eau et sortir son chien, je redoutais déjà la réaction de l'animal quand je m'approcherais, mais bon, nous n'avions d'autre choix que de cohabiter quelque peu. Une fois le travail finit, j'ai refermé le capot sans aucun bruit, avant de rejoindre la jeune fille, discret et silencieux, elle ne m'avait pas entendus approcher.

- Ho Désolé ... Oui c'est fini, on peut faire un essai ! Croisons les doigts !


J'espérais avoir bien travaillé, histoire de ne pas me couvrir de honte devant la jeune demoiselle, espérant que nous puissions vite passer à la suite et aller nous amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Dim 19 Juin - 15:05

Je ne voulais pas me montrer vexante ou méchante, mais les surnoms, je ne supportais pas ça. Je n’appréciais pas réellement les marques d’affection et préférais de loin garder mes distances avec les personnes qui m’entouraient. Plus nous étions proche de certaines personnes, plus elles devenaient notre talon d‘Achille et donc un point faible. Je pensais énormément cela, même s’il n’y avait pas lieu d’y penser. Mais la prudence était de rigueur en ces temps sombres et meurtriers. Je n’avais malheureusement, confiance en personne et personne ne pouvait me faire confiance. Je protégeais seulement les membres de famille, n’ayant pas d’ami j’avais bien plus de facilité à protéger les personnes proches de mon cœur. La seule fois où j’avais pu faire un faut pas était sans doute ma rencontre avec Damon Salvatore, j’avais joué avec ma vie… Je ne connaissais pas sa réelle nature mais je savais qu’il cachait quelque chose, il en était de même pour ce cher Mikelangelo. Il avait quelque chose de froid et d’effrayant, mais également fascinant. Une chose qui interpellait ma curiosité et qui la rendait presque folle…

Par une question, Mikelangelo me demanda si je souhaitais aller quelque part en particulier. Je ne savais pas quoi répondre, j’avais été tellement absorbée par mes pensées que j’en avais presque oublié sa présence et même le lieu dans lequel j’étais. Cette reprise de conscience me rappela que j’étais au beau milieu d’une route et qu’il faisait froid en cette nuit de novembre. Je répondis donc à ma nouvelle connaissance :

- Où tu veux… Tant qu’il y fait une température agréable. Mais marcher peut réchauffer donc en fait… Allons où nos pieds nous guideront.

L’homme à la chevelure châtain replongea sous le capot de la voiture. Je me décidais donc d’aller m’occuper du pauvre Kana qui était encore sur la banquette arrière de ma voiture. Il avait sans doute envie de marcher un peu avant de reprendre la route. Le jeune chien n’avait pas l’habitude de rester longtemps dans un lieu confiné, tel que je le connaissais, il aimait courir et faire le fou. Le faisant descendre, je lui donnais un peu d’eau pour étancher sa soif et une fois qu’il semblait en avoir assez, je me relevais pour remettre la bouteille d’eau dans ma voiture. Mais en me tournant, je fus face à Mikelangelo. Je lui dis sans méchanceté qu’il m’avait peur. Sa discrétion me fit penser à celle de Damon… Quelque chose de peu rassurant à vrai dire…

Je lui demandai s’il avait terminé et sa réponse fut positive. Je souris et était légèrement surprise de voir mon Kana si calme face à un connu. Il avait même la queue entre les pattes montrant sa soumission totale, c’était étrange de le voir dans une telle posture. Il était généralement très gai et personne ne lui faisait peur… Mais je laissais cela de côté pour essayer de refaire démarrer ma voiture. J’installais mon chien à sa place et invitais Mikelangelo à s’asseoir du côté passager.

- Je t’en prie, monte. On verra si tu as bien travaillé.

Je montai à mon tour et jetai de nouveau un œil sur mon chien qui était allongé calmement sur la banquette. Je ne dis rien, et essayais de mettre l’auto en marche. J’espérais que c’était bon pour pouvoir aller en ville et me balader un peu. Non pas que j’étais contente de cette rencontre, mais j’en étais plutôt curieuse. Je voulais découvrir le secret de ce cher Mikelangelo… J’étais persuadée qu’il avait un secret, soit sur son passé qui semblait bien lourd à porter. Malgré ses grands sourires, sa gentillesse on pouvait dans le fond de son regard et de son attitude, qu’il n’était pas totalement heureux. Quelques minutes plus tôt, j’aurais juré qu'il avait l’air si abattu qu’il aurait aimé verser une larme. Mais je ne savais pas comment abordé un tel sujet sans me montrer offenseuse. Soudainement, le bruit de moteur qui se mit en marche me fit sortir de mes réflexions. Je souris et à Mikelangelo et dis :

Bravo monsieur le mécano ! On va au centre ville garer la voiture sur un parking et on se balade ?

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikelangelo W. Lewis
Administrateur
avatar

♣Messages : 82
♣Copyright © : Ezio
♣Date d'inscription : 15/05/2011
♣Localisation : ... As-tu VRAIMENT besoin de le savoir ?

Ma vie
♣Etudes/Job: Recherche de Job ...
♣Relationships:
♣Avatar: Mikelangelo Loconte

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Sam 16 Juil - 13:29

Le passage du surnom fut heureusement vite oublié, l’atmosphère se détendit aussitôt que nous eûmes changé de sujet une bonne fois pour toute. En même temps je pouvais comprendre sa réaction non ? Ou peut être pas, … Non je ne pouvais pas réellement la comprendre, juste essayé, elle n’aimait pas cela, certes, mais pourquoi ? Mais bref, autant ne pas l’énerver avec des questions gênantes. Après tout, aussi étrange que cela puisse paraitre, je savais que je devais éviter de me la mettre à dos, autant se faire des amis plutôt que des ennemis.

Où pouvions nous bien allez ? D’après elle, tant qu’elle ne mourrait de froid, cela lui suffisait. Le froid, le froid que l’on ressent en permanence lorsque l’on est comme moi. A force, j’en avais totalement oublié la sensation chaude du soleil sur la peau, de la chaleur d’un corps contre le sien… Je lui souris, je ne voyais qu’une seule chose à faire, après tout, à cette heure ci, à part quelque bar, Mistyc Falls ne recelait pas d’endroit intéressant.

- Je propose une petite balade pour commencer, histoire de te réchauffer un peu, après cela, nous verrons bien.

Une fois le travail du mécanicien accomplit, et que Elodie en fut avertie, elle m’invita à entrer dans sa voiture. Je lui souris en réponses, même si, avec la chance d’un vampire, j’avais put éviter de salir mes vêtements, mes mains était pleine d’huile de moteur, et je ne voulais pas abimer ses sièges de cuir.

-Avant cela, tu n’aurais pas une serviette ou quelque chose ? Histoire de sauver ton petit intérieur.

Une fois qu’elle m’eut donné de quoi me laver un peu, je m’installais sur le siège passager de sa voiture, le moment crucial allais arriver, nous allions tester mon travail désormais. En fait, il y avait peu de chance pour que le moteur ne démarre pas, j’étais certain, ou presque, d’avoir réglé totalement la panne, mais bon, sait-on jamais que le destin s’acharne sur la pauvre jeune femme assise à mes côtés. Plus je la regardais, plus j’avais l’impression qu’un détail m’échappais, elle dégageait quelque chose, pas une odeur, mais une sensation qui mettait mes sens en alerte. Je savais que je n’avais aucun souci à me faire, elle n’était visiblement pas agressive envers moi, et même si elle l’était, elle ne devait rien savoir de ma condition post mortem. Mais quel était cette sorte de magnétisme presque imperceptible qu’elle dégageait… Était-elle réellement humain ? Mon odorat me disait que oui … Et pourtant …

« Mikelangelo ! Buon Dio ! Tu stress pour rien, calme toi… à force de passer mes journée enfermé je perds les pédales… »

J’ai rapidement détourné le regard, me rendant compte que je fixais la jeune asiatique depuis un bon moment, … Même si je regardais dans le vide, cela pouvait se montrer désagréable pour elle. Je me suis raclé la gorge, si j’avais put rougir, je pense que je l’aurais fais. Elle tourna la clé, le moteur démarra au quart de tour, et un léger sourire éclaira mes lèvres, j’avais fait du bon travail, et j’en étais satisfait, aidé les humains n’était pas une habitude, mais en fait, ça n’étais pas si désagréable, cette petit sensation de fierté. Sa proposition me semblait toute indiquée.

- Grazie Elodie ! J’ai fait ce que je pouvais ! Oui allons y, si tu à trop froid on ira s’abriter, dans le pire des cas.


Alors que la voiture démarrait, je jetais un coup d’œil sur le siège arrière, le jeune chien qui s’y trouvait était bien plus calme que tout à l’heure, sans doute me craignait-il désormais. Au fond, cela valait mieux, ainsi, je n’aurais pas de problème avec cette grande boule de poil. Je me tournais ensuite vers la maitresse de l’animal.

- Comment s'appel ton petit compagnon ?

Autant ne pas faire planer un silence de mort durant le trajet, il nous fallait un sujet de conversation, et le chien en serait un bon pour commencer, ensuite, la conversation devait suivre naturellement. Voila l’avantage avec les nouvelles rencontres, vous ne savez rien d’eux, vous pouvez donc parler de tout !

- Personnellement, je viens d’arriver à Mistyc Falls, je ne connais que très peu de monde… D’où la chance que j’ai de te rencontrer ce soir tu comprend ? Depuis que je suis ici je …


Je me tus sur le coup, j’avais la mauvaise habitude de monopoliser la conversation, et de toute débiter à la première personne venue. Et cela pouvait agacer certaine personne, et je ne voulais pas l’exaspérer avec mes bavardage incessant, après tout ma « vie » n’avait rien de passionnante … Boire/Dormir/Attendre/S’amuser un peu/Boire/… Non, rien de bien passionnant. J’étais revenu ici pour casser ma routine, sortir un peu de la solitude que je soutenais depuis 1791, depuis sa mort. Pour éviter de l’ennuyer, je devais peut être essayé de l’inviter à parler d’elle et non raconter ma vie, ça me semblais un bon plan, de plus ça m’éviterais de donner une information qui pourrait me trahir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elodie Lee
Sorcière
avatar

♣Messages : 556
♣Copyright © : Mushu
♣Date d'inscription : 22/04/2011
♣Localisation : Cabinet Vétérinaire, à la maison avec les animaux

MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    Dim 18 Sep - 0:13

Et voila, monsieur le mécano avait refermé le capo et m’avait demandé de quoi s’essuyer. J’attrapais une serviette dans mon coffre, j’étais suivie de Kana qui ne me quittait pas d’une semelle. Je lui donnais donc le bout de tissus pour qu’il puisse nettoyer ses mains pour éviter qu’il ne tâche mes sièges. Je repris ensuite ce qu’il m’avait emprunté pour le ranger à sa place. L’invitant à entrer, il prit la place passagère, pendant ce temps j’installais mon jeune chien à l’arrière et partis me mettre au volant de ma voiture. Il était temps de savoir s’il Mikelangelo avait fait du bon travail. Cette personne m’inspirait pas grande confiance, enfin au premier à bord si, mais dans le fond de mon esprit quelque chose me disait qu’il était quelqu’un de froid, presque dangereux. En sa présence, je sentais parfois un froid me prendre, un froid pourtant quelqu’un peu agréable. Une sensation que j’avais déjà ressenti au près d’une rencontre récente, celle de Damon Salvatore, mais son froid à lui avait été plus ardent que le mien, mais toujours agréable, telle une douche glacée en pleine canicule.

Je sortis de ses légers songes pour mettre clé au contact et voir s’il avait réussi son travail. Mais à cet instant, je remarquai qu’il détourna son regard, il devait sans doute me regarder ou regarder dans ma direction. Mais je n’y fis pas attention et me demandais s’il était-il mon sauver du soir ? Ou simplement quelqu’un qui avait essayé et échoué ? Et bien, c’était la première réponse. La voiture démarra sans aucun problème et nous commençâmes à rouler. L’angoisse de devoir rester sur la route sombre s’était envolée comme par magie. Je félicitai donc Mikelangelo et nous partîmes vers le centre ville. Même si l’inquiétude de l’année nuit s’était évanouis, celle d’être en compagnie d’un inconnu me prit. Je ne savais pas réellement qui il était, et le plus important… Ce qu’il était. Mais je ne devais pas risquer grand-chose car mon collier contenait de la verveine, donc l’hypnose ne fonctionnerait pas sur moi, c’était déjà ça de pris. Il ne me restait qu’à espérer que c’était un humain ou, un vampire qui avait déjà mangé !

Après avoir roulé quelques secondes, je me devais de remplir la part du contrat : passer une soirée en sa compagnie. Je lui proposais donc de garer la voiture sur un parking au contre ville et ensuite de nous balader un peu à gauche à droite. Mystic Falls était une petite ville, on pouvait la visiter à pied, bon avec un peu de courage par temps froid mais, c’était faisable et j’avais un gilet dans le coffre. C’était sans doute une petite voiture, mais je pouvais caser beaucoup de chose dedans et avoir, des chevaux chez ses grands-parents, ça pouvaient occuper beaucoup de place. Mais ça arrangeait bien d’avoir le gilet d’équitation qui se promène sur une selle ou sur un licol. Après la proposition et également les félicitations pour son travail, il me remercia et accepta également la petite balade en ville. Je souris et continuais de rouler tranquillement. Le début du voyage fut bien silencieux, je me demandais si ça allait être ainsi tout le long, si ça le serait, ça ne me gênait pas. Etant la plus part du temps seule, j’en avais l’habitude. Mais ne pas attendre Kana geindre en voiture me faisais plutôt bizarre, il n’avait pas pour habitude d’être aussi sage. Au moins ou je pensais à lui, Mikelangelo demanda le nom de mon chien.

- Ce jeune terre neuve noir s’appelle Kana. Une boule d’énergie en règle générale, et qui ne connait pas la phrase : « fini de jouer ». Heureusement que mon deuxième chien m’aide à la maison… Une labrador un peu ronchonne qui remet les petits jeunes à leur place. Répondis-je en souriant.

Et oui, les animaux étaient mon principal sujet de conversation, en même temps c’était mon métier, il ne fallait pas m’en vouloir. Et mes relations amicales étaient bien plus lié à des bêtes à quatre pattes, plutôt que des bipèdes… Mais ne voulant pas parler que de mon animalerie à la maison et chez les grands-parents, je m’arrêtais sur la petite anecdote de Rata qui jouait les dominantes à la maison. Il prit alors la parole, et je l’écoutais avec attention. Il était nouveau et ne connaissais pas grand monde, il était donc content de m’avoir rencontré, mais il s’interrompit, sans doute avait-il peur de monopoliser la conversation. Mais ça m’arrangeait plutôt en fait.

- Tu peux continuer tu sais. Je ne suis pas quelqu’un qui parle énormément, et quand je parle, ce n’est pas de moi, mais de mes chers compagnons les bêtes. Rien de passionnant à vrai dire, enfin pour les autres.

Effectivement, rares étaient ceux qui avaient encore une pensée pour nos amis les animaux. Il y en avait quelques uns, mais ils étaient rares et ne parlaient pas beaucoup en général. Mais bon, je faisais avec les moyens du bords et parlaient à mes compagnons quadrupèdes qui ne répondaient pas vraiment, et à mes parents. Quant au reste du monde, j’en restais le plus loin possible pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Mais ce soir là, était exceptionnel, je lui devais cette soirée et tiendrais parole de plus, il m’avait beaucoup aidé.

Une fois sur un parking, j’annonçais que nous étions arrivé au Mystic Grill. Je garais donc l’auto et l’invitais à descendre pendant que je cherchais la laisse dans la boite à gant de mon fidèle ami sur la banquette arrière. En descendant de la voiture, Mikelangelo fit tomber quelque chose de sa veste, ou de je ne sais où. Il ne l’avait pas remarqué et je le pris pour lui rendre. Il s’agissait d’un petit carnet, je cherchais ensuite l’attache du chien. Une fois trouvé, je me rendis compte que j’avais attrapé celle qui était cassée… Très intelligent. En m’allongeant à moitié sur les deux sièges pour attraper l’autre laisse, je fis glisser le cahier du jeune homme. Je le récupérais une nouvelle fois, et fus étrangement attiré par celui-ci à cet instant. Je regardais rapidement la première page et vis le prénom « Constance » et des dates qui me semblait remonter à très loin dans le passer. Je l’ouvris rapidement à une page au milieu et lu quelques lignes. Je vis le prénom de Mozart mais aussi, celui de la personne qui avait été dans ma voiture.

- Dans quelle mouise tu t’es encore foutu Elodie ?! Bon… Calme, tu respires et surtout, tu réfléchis avant d’agir ! Penai-je.

Je fermais le journal et le fourrais dans mon sac. Tout c’était passé très vite, je venais de tout comprendre et surtout de faire grandir mon inquiétude. J’inspirais profondément, attrapais la bonne laisse et descendis de ma voiture. Je souris à Mikelangelo qui se tenait un peu plus loin pour m’attendre. Je partis ensuite vers l’arrière de la voiture pour attacher Kana. Je comprenais ses réactions, son attitude à présent… Je devais trouver une solution à tout ça…

- Bon ! On marche alors ! Ça nous dégourdira les jambes. Et on revient ici après, pour boire ou même manger. M’exclamais-je.

Je me mis donc à marcher pour m’éloigner un peu du restaurant de la ville. Je voulais être dans un lieu où il y avait moins de personne. Mikelangelo me suivit donc doucement, et je commençais à décrire les lieux avec le plus de naturel possible. Je sentais que mon pouls avait accéléré, que je parlais un peu plus rapidement, mais je ne pouvais pas contrôler cela, alors je faisais comme je pouvais, et je n’avais à cacher ce jeu très longtemps. Nous fûmes alors dans une rue déserte, peu fréquentée. Je m’arrêtais un instant, et me concentrais sur le vampire qui me tenait compagnie. Il était à quelques pas derrières moi… Je l’entendis alors exprimer une douleur à la tête. Oui, c’était moi qui lui infligeais ça, pour me protéger. Je me retournais alors vers lui, le regard noir et continuais à faire souffrir sa tête. Je sortis le journal de Constance Weber de mon sac et le montrais à Mikelangelo qui était victime d’un affreux mal de tête. Etait-ce une erreur ? Peut être, mais je ne savais pas quoi faire d’autre…

_________________
~ Solitaire pour se protéger ~
~ Seule pour se préserver ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ravie de vous rencontrer... Ou pas... [sur une route déserte]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT] CODE DE LA ROUTE : Entrainez-vous [Gratuit]
» CAT47 : ravie de vous accueillir ici
» merci darvi et ravie de vous recontrer tout le monde!
» Ravie de vous rejoindre
» helloooo je suis ayama ravie de vous connaitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Vampire Diaries :: Mystic Falls :: • Le Centre-Ville •-
Sauter vers: